Mathilde1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/04/2014

MEZE: CONSEIL MUNICIPAL: PREMIERE DECISION: HENRY ET SES AMIS SE VOTENT UNE SUBSTANTIELLE AUGMENTATION DE LEURS INDEMNITES

jackpot.jpgCela n'a pas été long, et comme les plus perspicaces s'y attendaient, à peine l'élection passée, les premières décisions qui ne figuraient pas dans le programme "cap 2020" sont présentées en conseil municipal..

Henry FRICOU et ses amis se sont votés une augmentation de leurs indemnités au niveau d'une ville de la tranche des 20000 à 29999 habitants majorée de 15% (pas illégal à priori, mais contestable à coup sûr)...

M. FRICOU touchera désormais plus de 2500€ par mois de la commune, plus son indemnité de vice président de la CCNBT (en charge de l'urbanisme!!! autour de 800 à 1000€, à vérifier), plus son salaire de fonctionnaire du ministère de la défense, et plus les loyers encaissés (plus de 1000€?) d'une des deux maisons construites sur le terrain à 30€ le m2 sur lequel le SRPJ enquête...

Avec huit adjoints, et une myriade sans précédent de conseillers municipaux délégués, eux aussi indemnisés, la ligne budgétaire des indemnités des élus va connaitre une augmentation de près de 20%, ce qui risque de faire un manque à gagner de près de 200 000€ sur ce mandat..

Rappelons qu'à l'inverse, la liste "le coeur à Mèze" avait proposé de se limiter à 4 adjoints, ce qui aurait permis d'économiser près de 260 000€..

Les Mézois ont donc perdu 450 000€ qu'il faudra bien trouver quelque part..

La délibération a été présentée au conseil municipal du 24 avril 2014, et n'avait même pas été communiquée 5 jours avant aux élus comme le veut la loi..

Les 25 élus de la majorité ont voté "POUR", et l'opposition a bien évidemment votée CONTRE dans un conseil municipal plutôt houleux où les règles élémentaires de la démocratie n'ont pas été respectées ainsi que le mode de calcul de la proportionnelle au plus fort reste dans les commissions, mais nous y reviendrons... 

A l'heure, où, dans de nombreuses communes, de nouveaux élus, conscients de l'époque dans laquelle vivent nos concitoyens, limitent au contraire, où même souvent votent des baisses de leurs indemnités, nos édiles Mézois montrent encore leur respect envers l'argent des contribuables...

delib augmentation des indemnites d elus001.jpg

delib augmentation des indemnites d elus002.jpg

Commentaires

Bonsoir,
d'ou l' intérêt d'élaborer un système d' informations beaucoup plus performant que le site mezinfo.fr qui ne permet pas de toucher de nombreux Mezois. Cette info pourtant devrait intéresser de nombreux habitants de notre commune qui, par méconnaissance de la politique locale, se sont faits couillonner pour quelques années surtout eu égard au contexte social actuel et les difficultés rencontrées par bon nombre d' entre nous.

Écrit par : Besse | 26/04/2014

Bonjour,
Houleux ? Mais non allons! échange plutôt "dictatorial" de la part de certains élus. C'est vrai, je rejoins l'idée de publier un journal papier distribué à tous les Mèzois.

Écrit par : mariane | 27/04/2014

Nous avons l'habitude de voir dans les journaux, entendre sur les ondes certaines exactions d'élus notamment les augmentations que s'accordent généreusement certains nouveaux maires et adjoints.
Mèze semble étonnamment épargné par ce type d'informations qui, dans le contexte actuel, devrait tout particulièrement intéresser tous les contribuables. C'est d'autant plus étonnant que les journalistes en sont très friands. Non de toute évidence il ne se passe rien à Mèze ni dans le domaine immobilier (sic), ni dans les décisions prises en conseil municipal et dont les responsables se gardent bien d'en faire la promotion, ni dans certains incidents écologiques pour une commune qui se veut écologique...
Décidément Mèze est tout simplement une ville, de nature méditerranéenne... point.

Écrit par : Jean Paul | 27/04/2014

C'est du tout simplement....."politique".... Pas de proportionnel, tous les pouvoirs, cumul de mandat, pas de limite dans le nombre de mandat dans le temps.... Et des électeurs qui votent souvent contre leurs propres intérêts....
Alors l'opposition.... faut du support papier.... Mais sur AGDE qui en avait au moment de l'élection les "politiques" se sont bouffés entre eux et....
Enfin la préfecture ne diffuse pas la liste des mauvais maires.... Pourquoi???
Malheur aux vaincus.... NERON (?)

Écrit par : marteau | 27/04/2014

Bonjour,
ben...quelqu'un a déjà résumé la situation en parlant de mezois qui se sont faits "couillonner"... et il a tout dit !
Bon courage aux opposants, ils vont avoir du pain sur la planche ! Pourvu qu'ils gardent "la pêche" et ne désarment pas.

Écrit par : bigot jean-luc | 27/04/2014

désolé mais cette augmentation a eu lieu dans de nombreuses communes

Écrit par : piotte | 27/04/2014

Observant la scène de haut, je n'ai pas pu m'empêcher de voir une nouvelle dérive de la majorité municipale.
Cette séance fut à la fois pathétique et grotesque. La colère spectaculaire de notre Maire à la suite de la remarque de M. Gilles Phocas relative au non envoi des documents sur lesquels le Conseil devait délibérer, l'affirmation également que le DGS et lui, c'était la même chose, ont laissé pantois nombre de spectateurs à cette mauvaise pièce de théâtre interprétée par un sosie de Vladimir Poutine. Il fallait voir les membres de sa majorité, la tête baissée dans leurs papiers pour comprendre le malaise engendrée par cette colère montrant le peu de respect des règles démocratiques de base au niveau local.
Comme le reste était à l'encan et démontrait l'impréparation de cette séance du Conseil (ce que confirmait la nervosité de notre premier magistrat, ne saluant d'une poignée de main aucun des Conseillers Municipaux à son arrivée), de même qu'une interprétation erronée de certains textes, à laquelle s'ajoutait une déférence presque obséquieuse pour le leader de la liste BMR, on peut prédire que cette mandature part sur de mauvaises bases.
Bon, il est l'heure de reprendre mon vol !

Écrit par : La Mouette Rieuse | 29/04/2014

Oui j'ai assisté au conseil municipal et j'ai suivi les différent vote entre la liste A (celle de la majorité fricourdienne) et la liste B ( celle de l'opposition phocacienne).
au moment du dépouillement orale une jeune élue annonçait d'une voix posé et espacé A....( 3 secondes)....A......A.......A c'est alors qu'une personne de l'assistance (doté d'un humour certain) et animé par cette litanie lâcha dans l'assistance...... a la suite d'un A.... quel orgasme . ouaf
Quelques femmes se sont retourné et on a pouffé .....
Moi j'ai été surpris, je me suis marré et cela m'a détendu pour la fin de ce conseil .

j'entendais aussi la réflexion d'une personne que je ne connaissait pas a coté de moi dire ben moi ma pension de retraite n'augmente pas ..... c'est tout dire .
Un petit journal objectif représentant toute les mouvances politique les plus inattendu pour informer et pas forcément pour critiquer systématiquement le maire. et pourquoi pas planter un arbre a palabre et se retrouver en pleine aire sur l'espace publique et boire un coup en échangeant nos impressions et info. occuper librement l'espace publique .
moi je veux bien publier de temps en temps un petit quelques choses sur l'environnement... soutenable et pas forcement pas durable .


L'Homme qui plantait des arbres est une nouvelle de langue française écrite en 1953 par l'écrivain français Jean Giono pour « faire aimer à planter des arbres », selon ses termes. Il s'agit de l'histoire, présentée comme authentique, du berger Elzéard Bouffier, personnage pourtant de fiction, qui fait revivre sa région, localisée en Haute Provence, entre 1913 et 1947, en plantant des arbres.

Écrite à la suite d'une commande du magazine américain Reader's Digest, la nouvelle a eu un retentissement mondial. Elle est aujourd'hui considérée comme un manifeste à part entière de la cause écologiste. Beaucoup de personnes ont cru que le personnage d'Elzéard Bouffier avait vraiment existé, croyance sur laquelle Giono n'a pas manqué de jouer.

La nouvelle véhicule de nombreux messages : écologiques, humanistes et même politiques. L'histoire d'Elzéard Bouffier est en effet considérée dans la littérature écologiste comme une parabole de l'action positive de l'homme sur son milieu et de l'harmonie qui peut s'ensuivre.

Le récit de Giono a donné lieu à un film d'animation du même nom, réalisé par l'illustrateur Frédéric Back et lu par Philippe Noiret, et qui a obtenu plus de 40 prix à travers le monde.

L'Homme qui plantait des arbres est aujourd'hui reconnu comme une œuvre majeure de la littérature d'enfance et de jeunesse et elle est, à ce titre, et pour son message écologique de développement durable, étudiée en classe.

Écrit par : bourgoin | 30/04/2014

Oui j'ai assisté au conseil municipal et j'ai suivi les différent vote entre la liste A (celle de la majorité fricourdienne) et la liste B ( celle de l'opposition phocacienne).
au moment du dépouillement orale une jeune élue annonçait d'une voix posé et espacé A....( 3 secondes)....A......A.......A c'est alors qu'une personne de l'assistance (doté d'un humour certain) et animé par cette litanie lâcha dans l'assistance...... a la suite d'un A.... quel orgasme . ouaf
Quelques femmes se sont retourné et on a pouffé .....
Moi j'ai été surpris, je me suis marré et cela m'a détendu pour la fin de ce conseil .

j'entendais aussi la réflexion d'une personne que je ne connaissait pas a coté de moi dire ben moi ma pension de retraite n'augmente pas ..... c'est tout dire .
Un petit journal objectif représentant toute les mouvances politique les plus inattendu pour informer et pas forcément pour critiquer systématiquement le maire. et pourquoi pas planter un arbre a palabre et se retrouver en pleine aire sur l'espace publique et boire un coup en échangeant nos impressions et info. occuper librement l'espace publique .
moi je veux bien publier de temps en temps un petit quelques choses sur l'environnement... soutenable et pas forcement pas durable .


L'Homme qui plantait des arbres est une nouvelle de langue française écrite en 1953 par l'écrivain français Jean Giono pour « faire aimer à planter des arbres », selon ses termes. Il s'agit de l'histoire, présentée comme authentique, du berger Elzéard Bouffier, personnage pourtant de fiction, qui fait revivre sa région, localisée en Haute Provence, entre 1913 et 1947, en plantant des arbres.

Écrite à la suite d'une commande du magazine américain Reader's Digest, la nouvelle a eu un retentissement mondial. Elle est aujourd'hui considérée comme un manifeste à part entière de la cause écologiste. Beaucoup de personnes ont cru que le personnage d'Elzéard Bouffier avait vraiment existé, croyance sur laquelle Giono n'a pas manqué de jouer.

La nouvelle véhicule de nombreux messages : écologiques, humanistes et même politiques. L'histoire d'Elzéard Bouffier est en effet considérée dans la littérature écologiste comme une parabole de l'action positive de l'homme sur son milieu et de l'harmonie qui peut s'ensuivre.

Le récit de Giono a donné lieu à un film d'animation du même nom, réalisé par l'illustrateur Frédéric Back et lu par Philippe Noiret, et qui a obtenu plus de 40 prix à travers le monde.

L'Homme qui plantait des arbres est aujourd'hui reconnu comme une œuvre majeure de la littérature d'enfance et de jeunesse et elle est, à ce titre, et pour son message écologique de développement durable, étudiée en classe.

Écrit par : bourgoin | 30/04/2014

Pour info sur la transmission des documents

http://www.midilibre.fr/2014/05/05/sete-les-nouveautes-du-conseil-municipal,856896.php

pourtant Mr COMMEINES est un ami de Mr PHOCAS.

Écrit par : Bono34 | 06/05/2014

Mon cher Bono 34..

Sachez que VOS amis de l'opposition ont quitté la salle lors de cette séance à Sète..

On peut avoir des amis et ne pas cautionner tout ce qu'il faut... Vous devriez d'ailleurs en prendre une bonne leçon en ce qui vous concerne..

Je constate qu'une fois de plus, rivé à votre ordinateur, vous trouvez toujours un moment pour venir me dénigrer, toujours sous pseudo bien sur, comme depuis le début de la campagne qui est maintenant terminée...

Vous devriez relire tout ce que vous avez écrit depuis le début de vos interventions, et vous verrez que le nombre de fois ou vous avez affirmé des bêtises, ou des prédictions dont l'inverse s'est réalisé est assez impressionnant..

Cela sert des fois de se relire, et pas seulement pour corriger des fautes d'orthographe (qu'il m'arrive de faire comme tout le monde) mais aussi pour faire une analyse sur soi même..

Voyez, je m'attache en ce qui me concerne à bien orthographier les noms des personnes, je pense que c'est une marque d'un minimum de respect..

Et je vous promets que si un jour, vous avez le courage de m'écrire sous votre réelle identité, je vous répondrais sans faire de faute sur votre nom de famille...

Vous avez prétendu dan la campagne que j'avais des casseroles, que j'avais fait 4 fois faillite..

Je vous rappelle que ces propos peuvent être caractérisés en diffamation, et pseudo ou pas pseudo, ne vous inquiétez pas il est facile de retrouver les auteurs d'un post dès lors qu'une action judiciaire est engagée..

On verra, j'ai d'autre dossier à traiter en ce moment...

Dont cette affaire de notes de synthèse non transmises, et ce n'est pas moi qui trancherai, c'est le préfet ou le TA

Bonne continuation...

Et rappelez vous, j'avais signé un accord avec le FN selon vous et vos amis..

On a vu le résultat, on a vu le jeu de qui à fait le FN, ce n'est certainement pas le mien..

Allez, bel inconnu, soyez fier de vous derrière votre pseudo...

Écrit par : Gilles PHOCAS | 07/05/2014

Les commentaires sont fermés.