Mathilde1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/01/2013

MEZE: MENACEE, LA BRASSERIE D'OC LOURDEMENT IMPACTEE PAR LA HAUSSE DES DROITS D'ACCISE

brasserie_doc.jpg

On savait que la décision de l'actuel gouvernement d'augmenter les droits d'accises sur la bière aurait du mal à passer, surtout pour les petites structures.

C'est le cas pour la "Brasserie d'Oc", emblématique brasserie artisanale de notre commune, connue et reconnue dans la région et au-delà pour la qualité de ses bières et une revendication territoriale affirmée..

Pour le dirigeant de la petite entreprise Mézoise, c'est un coup de massue... Si bien qu'il déclare que sa structure est menacée, et les emplois qui vont avec... 

Sans parler de toutes les décisions prises récemment par le gouvernement qui ne vont pas, et c'est peu de le dire, dans le sens du développement des petites entreprises, c'est donc une augmentation de 163% qui va s'appliquer pour l'entrepreneur mézois.

"Plusieurs choses m'échappent", déclare Rémi LUBERNE.

"Tout d'abord, je ne comprends pas, quand on prétend défendre les petites entreprises, quand on prétend, au moment de la présentation de cette hausse, qu'elles seront épargnées, je ne comprends pas pourquoi l'augmentation est la même pour les petites brasseries et pour les grandes... (+160%)..

Ensuite, ce qui m'échappe aussi, c'est que le vin qui a un degré alcoolique de plus du double de la bière va connaitre un taux de taxes 5 fois inférieur! Tant mieux pour nos amis viticulteurs, mais il me semble qu'il y a quand même une injustice, car si le vin est un produit culturel, faisant partie du patrimoine Français, les bières artisanales aussi!"

Pour en savoir plus, Gilles PHOCAS, conseiller municipal et élu à la chambre de commerce de Sète a interpelé le député de la 4ème circonscription: Frédéric ROIG...

Celui-ci a répondu ainsi: "L’article 23 du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013, adopté définitivement par l’Assemblée nationale le 3 décembre, implique que pour les bières dont le titre alcoométrique excède 2,8 % en volume, le taux par hectolitre passerait de 1,38 euro à 3,60 euros par degré alcoométrique pour les brasseries dont la production annuelle est inférieure ou égale à 10 000 hectolitres, de 1,64 euros à 3,60 euros pour celles produisant de 10 000 à 50 000 hl, de 2,07 à 3,60 euros pour celles produisant entre 50 000 et 200 000 hl, et de 2,75 à 7,20 euros pour les brasseries dites industrielles produisant plus de 200 000 hectolitres par an. En réalité, ces hausses apparaissent fort différenciées (de +2,22 euros pour les plus petites productions à + 4,45 pour les productions industrielles), elles oscillent entre 160 et 163 % pour les deux extrêmes et sont donc relativement uniformes" .

Malheureusement, la Brasserie d'Oc se situant dans la première catégorie, les droits d'accise passent de 1,64 à 3,60 l'hecto, ce qui risque d'engendrer près de 10 000€ de charges supplémentaires pour la structure...

Rémi Luberne a donc toujours du mal à trouver des raisons de croire que les entreprises de sa taille ont bénéficié  d'un traitement de faveur...

Voir le site de la Brasserie d'Oc: www.brasseriedoc.com

Commentaires

La droite, c'est les méchants, je serre les fesses, ça ne rentre pas, la gauche, c'est les gentils, je suis décontracté, ça rentre profond !

Écrit par : Robert le diable | 05/01/2013

Notre municipalité actuelle, vous savez le fourre tout arc en ciel, ne peux pas dire que c'est la faute au gouvernement!

Écrit par : lou labech | 05/01/2013

Les commentaires sont fermés.