Mathilde1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/12/2011

MEZE: SIGNALETIQUE URBAINE ET PUBLICITE: LES COMMERCANTS VONT BANQUER

du cote du conseil.jpgOn se souvient que lors de ses voeux à la population, Henry FRICOU avait promis pour 2011 la réalisation de la signalétique commerciale et municipale...

Naïvement, certains avaient compris que c'était la commune qui finançait l'opération.


VOEUX_2011_PART2B - Vidéo Dailymotion2 par MEZINFOS


Cliquez ci_dessus pour écouter Henry FRICOU.

Finalement, il fallait comprendre que, en fait, les commerçants financeraient directement leurs panneaux, mais de plus, financeraient indirectement la signalérique municipale (panneaux indiquant les batiments communaux).

En effet, la Mairie a délégué la gestion du domaine public à une société privée qui envoie des commerciaux chez les commerçants pour leur vendre leur signalétique... Certains commerçants ont ainsi du dépenser plusieurs milliers d'euros... En échange, la société en question ne facture pas les panneaux municipaux à la commune...

Ce que n'avait pas dit non plus Monsieur Le Maire, c'est que la commune allait missionner un cabinet d'étude, afin de créer une taxe sur la publicité extérieure à Mèze... Ainsi les panneaux des commerçants seront taxés car ils sont considérés comme anarchiques et laids...

La société qui s'occupe de cette étude sera rémunérée... au pourcentage des recettes générées.. avec un maximum de 90 000€ ht...

Gilles PHOCAS s'est élevé en conseil municipal contre ces décisions.... Même s'il a reconnu qu'il fallait faire quelquechose contre certains panneaux publicitaires, il a indiqué qu'il aurait été plus judicieux que la commune définisse elle-même un cahier des charges et s'y tienne en supprimant les panneaux disgracieux car il considère que "ce n'est pas en les taxant qu'il seront plus esthétiques"

Concernant la signalétique municipale, Gilles PHOCAS a regretté que la commune se décharge de sa gestion du domaine public et a rappelé que les choses n'étaient pas claires pour certains commerçants qui avaient pourtant déjà étés démarchés...

Les commentaires sont fermés.